Klimt et les cafés viennois

  • La Rédaction OUI.sncf

    Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    26/01/2016

  • Destination

    Vienne

Ils sont plus de 1500 à joncher la capitale et sa périphérie. Du temps de Klimt, on venait boire un moka, lire son journal ou savourer un Apfelstrudel au café Central. Une institution de la convivialité née en 1876 au cœur du Palais Ferstel.
Parmi la clientèle d’habitués, vous pouviez tomber sur un certain Sigmund Freud, Léon Trotski, Thomas Hoffmann ou Klimt lui-même dont les habitudes culinaires ne se cantonnaient pas à un seul lieu.

Il fréquentait également le café Museum, conçu par l’architecte Adolf Loos en 1899. Les peintres Egon Schiele et Oscar Kokoschka firent partie des fidèles. Peut-être ont-ils goûté au Maria-Theresa, un moka au cointreau surmonté d'une crème fouettée et de zestes d'orange confits ? Tout simplement irrésistible.

Vous pouvez aussi vous faire un plaisir gourmand au Café Mozart en sortant de l’Albertina. C’est à deux pas du musée. Dans cet estaminet de charme fondé en 1794, Graham Greene a écrit Le Troisième Homme, célèbre roman adapté au cinéma par Carol Reed avec dans le rôle titre Orson Welles. Quelques scènes d’intérieurs auraient été tournées dans ce café.
Et pour finir, rien de tel qu’un Topfelstrudel à base de raisins secs à déguster sur la magnifique terrasse du Café Hofburg en plein cœur du Palais Impérial. On assure que Klimt en fin gourmet ne résistait pas à la tentation...

Réservez votre hôtel à Vienne >>

Réservez votre vol + hôtel à Vienne >>

Cet article vous a plu ? Partagez-le !