La vieille ville de Bâle, un village dans la ville

Au carrefour de l’Allemagne, de la France et de la Suisse, l’agglomération bâloise invite à la flânerie. La vieille ville semble un village dans la ville.

  • La Rédaction OUI.sncf

    Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    08/05/2017

  • Destination

    Bâle

 

Itinéraire dans le centre-ville

Sur la discrète et verdoyante Andreasplatz, pavée de galets du Rhin, une fontaine, un café (le zum Roten Engel) à la terrasse bucolique et très fréquentée par des étudiants, constitue un cadre idyllique pour les oisifs. Sur la rue commerçante, la Spalenberg, de l’ancien quartier des artisans se dresse, au numéro 22, une étonnante façade d’une ancienne boutique de denrées coloniales, aujourd’hui devenue une maroquinerie. Y trône une louve au-dessus d’une horloge et une représentation d’indigènes des quatre coins du monde manipulant des produits exotiques.

Une architecture variée

Dans les quartiers pentus, les maisons à colombage érigées sur un socle en pierre, les demeures bourgeoises au style baroque ou néo-classique ainsi que les architectures contemporaines qui s’intègrent sans heurt dans le paysage urbain offrent une leçon d’histoire.

Bâle à pied

La plupart des rues du centre historique de la ville sont piétonnes. La politique municipale est de privilégier les transports publics. Il y a volontairement peu de parkings, une incitation directe à laisser les voitures en périphérie.

Le marché

Sur la place de l’Hôtel de Ville, chaque matin (sauf le dimanche) des maraîchers vendent fruits, légumes, charcuterie, olives, fromages et confitures. L’après-midi les voitures sont bannies, seuls les trams circulent.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Vous aimerez aussi