Le travail nomade à portée de train !

Devenir travailleur mobile présente de nombreux avantages, mais cette soudaine autonomie a aussi de quoi donner le vertige ! Petit guide à l’usage des futurs travailleurs nomades.

  • Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    25/02/2019

Pratique pour ceux qui ne souhaitent pas rester derrière leur bureau, Lucie Diez, coach spécialisée en reconversion professionnelle, vous livre ses conseils pour mieux se lancer dans l’aventure du travail nomade.

Femme qui s'étire
© istock-fizkes

Découvrez les conseils de Lucie Diez :

Cerner ses envies

Devenir travailleur nomade peut être un rêve pour beaucoup. L’envie peut partir d’un désir, ou d’un ras-le-bol. Dans tous les cas, comme dirait La Fontaine, rien ne sert de courir. Le mieux est de bien se préparer.

Lucie Diez conseille d’abord de se pencher sur les raisons de ce projet de changement : « Il faut chercher le sens que le futur travailleur nomade souhaite donner à sa vie professionnelle. » Définir son projet, ou effectuer une liste de ses compétences peut grandement aider à mieux se lancer.

Apprendre en voyageant sur smartphone
© Istock - Solstock

Pour Marie, une traductrice de 32 ans, le manque de créativité est à l’origine de cette décision. « J’avais l’impression de ne pas pouvoir être aussi créative que je le voulais. En devenant indépendante, ma créativité s’est décuplée. Parce qu’il était nécessaire de créer mon image de marque, de faire mon propre marketing, d’être ma propre commerciale. Ce sont des choses qui nous sont inconnues en tant que salarié. Et puis au cours de vacances au Portugal, j’ai eu un déclic. J’ai compris que j’avais tout ce qu’il fallait pour travailler depuis la plage ! ».

Ne garder que l’essentiel

À l’ère digitale, tout (ou presque) peut se trouver à portée de clic. Pour Lucie Diez, il est important de trier les objets qui vous sont nécessaires au quotidien, de ceux qui peuvent être remplacés de façon numérique : « La première étape consiste à analyser quels sont les objets que l’on touche tous les jours. Post-it, livres, classeurs ou cahiers, l’objectif est d’en transformer un maximum en digital. Mais attention à garder tout de même l’essentiel. Pour compléter le kit parfait du travailleur nomade, gardez à portée de main un cahier organisé façon bullet journal, un passeport, une bouteille d’eau, quelques stylos, des chargeurs, des bouchons d’oreilles et un masque pour les yeux.»

femme qui écrit dans un cahier
© istock-Nattakorn Maneerat

Et dormir dans le train Martin connaît bien. Ce graphiste de 44 ans nomade depuis cinq ans passe sa vie sur les rails. Il cherche l’inspiration et va prendre le pouls de ces villes qu’il n’a jamais vues.

« Ce que j’adore c’est le ronronnement de l’Intercités. Je m’endors, blottie contre la vitre, emmitouflé dans mon manteau. Un vrai moment de bonheur, parfois arrêté par un « Mesdames, Messieurs, contrôle des billets » ! », s’esclaffe-t-il.

Trouver des lieux d’échanges

Par définition, le travailleur nomade est souvent seul et, sans contrainte hiérarchique, il doit se motiver pour avancer. Il est important de repérer des endroits où travailler qu’il s’agisse d’espaces de coworking ou du calme du train, par exemple. On pensera également à intégrer une communauté physique ou en ligne pour échanger mais aussi former des groupes de travail.

>> Profitez des plus beaux espaces de coworking à Paris

© iStock -sanjeri

Mettre à profit le temps passé dans les transports

Et si les déplacements n’étaient plus une contrainte ou une perte de temps, mais un véritable outil de travail ? Lucie Diez l’assure : « On peut profiter des transports pour faire de la veille sur les sujets qui nous intéressent, en écoutant des podcasts par exemple. Et je conseille d’avoir toujours son cahier dans le train, parce qu’on peut y avoir des réflexions que l’on n’a pas au bureau ou chez soi. Coupé de toute distraction, on est obligé de se recentrer. »

 

femme qui regarde en dehors du train
© istock-martin-dm

>> Saviez-vous que les plus belles success story naissaient dans le train ? Découvez celles qui nous ont marquées

Alors, êtes-vous prêts à vous lancer dans l’aventure du travail nomade ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !