Les Appartements des Favorites au château de Versailles

Et si nous quittions les Grands Appartements et la Galerie des Glaces pour pénétrer l’univers intime des maîtresses royales... Madame de Pompadour et Madame du Barry étaient les Favorites de Louis XV et ont vécu, ici, dans ces appartements non ouverts au public. Visite guidée.

  • Laurianne Barbier

    Auteur

    Rédaction OUI.sncf

  • Mis à jour le

    05/03/2018

  • Destination

    Versailles

Dans l’intimité de Madame de Pompadour

Nous commençons la visite par l’appartement de Madame de Pompadour. Nous sommes dans l’une des parties les plus anciennes du château, aménagée par l’architecte le Vau en 1668, juste au-dessus des salons de Mercure et d’Apollon.

Madame de Pompadour, née Jeanne-Antoinette Poisson, a vécu au château de Versailles 19 ans, dont 5 ans dans ce petit appartement luxueux de 1745 à 1750. Issue de la grande bourgeoisie, elle devient marquise de Pompadour au printemps 1745 quelques mois à peine avant la présentation officielle au roi qui se déroule à l’automne de la même année.

La petite Jeanne a reçu une éducation soignée entre musique, peinture, chant et danse. Elle a aussi appris l’art de la conversation dans le salon littéraire d’une amie de sa mère. Quelques atouts nécessaires pour devenir Favorite du roi. Louis XV n’en est pas à sa première conquête. Les sœurs de Nesle ont tour à tour été les premières femmes à partager la couche du roi.

Le portrait de Madame de Châteauroux, la dernière sœur à avoir eu les faveurs royales, occupe d’ailleurs la première pièce où nous entrons, une anti chambre. Il faut rappeler que Madame de Châteauroux a vécu dans cet appartement en 1743-44. Face à ce portrait, celui de Madame de Pompadour en Diane, peinte par Natier en 1746, présente la marquise sous ses meilleurs attraits.

Face à nous, une fenêtre laisse deviner une vue magnifique sur le parterre nord et la forêt de Marly. A droite, une petite porte permet d’accéder à la chambre meublée par un lit avec alcôve, une table à en-cas (on ne parlait pas encore de table de nuit), une table de toilette recouverte de dentelles et quelques autres meubles datant du XVIIIème siècle.

Derrière l’alcôve se trouve un « cabinet de chaise » (toilette) et une chambre de domestique. Nous ne pouvons pas entrer dans la chambre qui reste fermée au public mais l’observer depuis la porte. Le mobilier n’a pas appartenu à Madame de Pompadour mais montre avec cette reconstitution la manière dont pouvait être logée la Favorite du roi.

Revenons à l’anti chambre. Ma curiosité se porte sur une petite bibliothèque qui comprend des livres reliés aux armes de la marquise (3 tours). Madame de Pompadour s’intéressait aux arts et aux lettres. Elle avait un goût pour les sciences et a contribué à la sortie de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Poursuivons la visite. Par la porte de gauche, nous pénétrons dans le Grand Cabinet. On retrouve un mobilier de style XVIIIème siècle : chaises recouvertes de tissu vert, céladon posé sur la cheminée, portrait du roi Louis XV et de son épouse, Marie Leszczynska. La dernière petite pièce fermée mais visible par la porte est un petit salon de compagnie. La pièce est étroite et composée d’un canapé, de chaises et de rideaux de couleur rose.

L’appartement de Madame du Barry

L’appartement est moins meublé que celui de Madame de Pompadour mais la visite n’en est pas moins intéressante. La guide conférencière sait faire vivre les lieux, ponctue le récit d’anecdotes. Nous sommes plongés au cœur de l’histoire de cette jeune femme blonde, aux charmes certains. La rencontre avec le roi a lieu en 1768 et très vite, le roi s’éprend vivement d’elle.

Après une décennie de deuils familiaux, elle lui redonne une nouvelle jeunesse. Jeanne Bécu de son nom de naissance a quelques talents aux jeux de l’amour et le roi vieillissant est libre (Madame de Pompadour est décédée en 1764 et son épouse en 1768). La comtesse ne cherchera pas à jouer un rôle politique contrairement à Madame de Pompadour. Elle n’en est pas moins vilipendée par le clan Choiseul car le ministre aurait préféré placer sa sœur auprès du roi comme nouvelle favorite.

Madame du Barry restera 5 ans au château de Versailles, de 1769 à 1774. Elle s’installera ensuite à Louveciennes puis mourra guillotiner pendant la Révolution en 1793.

Certaines pièces étonnent comme cette salle de bain où l’on voit l’emplacement de deux baignoires. A l’époque de Louis XV, les progrès de l’hygiénisme sont passés par là et l’eau devient un bienfait pour le corps. On se baigne encore en chemise et « en compagnie » donc comme nous explique la guide, d’où la présence de la double baignoire. On se délasse dans l’eau chaude et le poêle en porcelaine permet de garder la chaleur de la pièce.

La salle à manger jouxte la salle de bain. Contrairement à son arrière-grand-père, Louis XV aime manger dans l’intimité. C’est aussi le début des salles à manger dans les appartements. La pièce est composée d’une grande cheminée et les décors en stuc du plafond sont admirablement travaillés. De grandes fenêtres donnent sur la cour des cerfs, marquant la place de la chasse dans la vie des rois.

La chambre est plongée dans l’obscurité. Un lit trône face à une jolie table en marqueterie représentant des hiboux. En levant les yeux, je vois le portrait de Madame du Barry portant une tasse à café. Le café était devenu une véritable marchandise à cette époque et très prisé des grands du royaume.

Dans le salon de jeux, le petit groupe de visiteurs regarde la table à jeux dont le plateau se retournait pour former un plateau de tric-trac. Deux chaises « ponteuses » se font face. Les hommes s’y asseyaient à cheval pour observer les joueurs.

Enfin, dernière curiosité de la visite : le service à porcelaines de Madame du Barry aux motifs floraux. Il ne reste que peu d’exemples de ces délicats services comprenant des rafraîchissoirs, des pots à jus et autres tasses à sorbets. La plupart des services ont été dispersés pendant la Révolution.

Informations pratiques

Les visites guidées durent 1h30, avec un conférencier/une conférencière.
Le point de RDV est 15 minutes avant l'horaire de départ, au bureau des visites conférences, à l'Aile des Ministres Nord.

Tarif d'une visite guidée = 10€ en complément du droit d’entrée (passeports, billet Château, billet château de Trianon, carte « 1 an à Versailles »). Une personne bénéficiant de la gratuité d'entrée doit néanmoins s'acquitter d'un droit d'entrée de 7 euros pour la visite guidée.
Visite gratuite pour les enfants de moins de 10 ans et pour les personnes accompagnant un visiteur handicapé.

Réservation obligatoire
En ligne sur le site www.chateauversailles.fr / Par téléphone au 01 30 83 78 00 / Sur place (selon les disponibilités)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !