Les nouvelles façons complètement décalées de voyager

Voyager à la cool ou à l’économie : voici quelques-unes de ces nouvelles tendances qui agitent le petit monde du tourisme en France.

  • La Rédaction OUI.sncf

    Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    12/08/2019

Et si on voyageait autrement ? Partager, chiller, booker sur calendrier ou même solo-traveler : autant de nouvelles perspectives dans notre façon de nous déplacer...

Voici pour vous de nouvelles façons de voyager :

© iStock - jacoblund

Partager

Le partage deviendrait il tendance ? Oui si l’on en croit l’émergence du troc ou du co-voiturage ; de ces nouvelles façons de vivre, où chacun apporte à l’autre, en toute intelligence.

Dans le florilège des options possibles ? Faire du house-sitting (en baby-sittant maison et animaux bénévolement, pendant les vacances des propriétaires), partir entre co-voyageurs (avec des frais minimum et mis en commun) ou encore tenter le couchsurfing (direction le canapé de parfaits inconnus et big up à l’hospitalité !).

© istock-martin-dm

Et pour trouver le meilleur tarif possible, si le budget est serré : on clique sur le calendrier « petits prix » de OUI.sncf. Un outil astucieux qui permet de traquer, d’un coup d’œil et sur 30 jours, les rabais les plus intéressants du moment. Pratique, et très économique.

Chiller

L’une des principales sources de stress en voyage ? Ne pas arriver à tout faire, ne pas tout voir, ne pas tout visiter ; bref ne pas tout checker sur sa to-do list. L’alternative qui évite la crise de nerf : revisiter la ville ou le pays en question, plusieurs fois de suite.

Vous êtes en vacances à Cannes ? Pour votre premier séjour, contentez-vous des plages, de la Croisette et des matinées au Marché Forville. Il sera toujours temps, lors de votre prochaine escapade, de prendre la mer (et la navette) vers les îles de Lérins…

Une (très sage) résolution qui s’inscrit dans les désirs de vacances très actuels… Flâner, se laisser aller, prendre son temps, se la cool-ler douce, ralentir la cadence, arrêter de planifier et de tout devoir cocher : moins d’activités, plus de détente au programme, c’est peut-être la clé pour couper de son rythme -trop speed- habituel.

© istock-skynesher

Oser le solotravelling

Aucune contrainte d’emploi du temps ni d’activité, des rencontres plus fréquentes et plus aisées... Encore un peu intimidant hier, le voyage en solo n’a jamais été aussi branché. Tenté ?

Petit reminder quand on veut partir seul : rester flexible pendant les séjours (les opportunités de découvertes se font souvent en dernière minute), ne pas hésiter à demander de l’aide (on ne peut pas tout savoir ni tout connaître, il faut savoir lâcher prise et mettre son ego de côté), se photographier et poster (pour les souvenirs, et garder ses proches informés), et rester connecter (la digital détox attendra. Technologie et réseaux sociaux permettent d’avoir aussi bien les infos en live sur le pays que le carnet d’adresses à visiter).

© iStock - Poike

Dans les destinations belles & safes ? Budapest, avec arrêt et excursions autour du Lac Balaton, mais aussi Innsbruck pour ses randonnées à travers la vallée de Kochental.

Créer l’événement

Le mood : ne plus attendre les vacances pour voyager, et sauter dans un train, comme on grimperait dans une voiture. Concert ? Festival ? Salon ? Expo ? Chaque raison est bonne pour partir de chez soi.

Aujourd’hui, les kilomètres ne sont absolument plus un frein à la découverte, et on peut si facilement voyager, qu’il serait dommage de s’en priver. Filer à Bagneux pour découvrir sa célèbre tapisserie ? Partir à Arles pour ses Rencontres ? A St Jean le Thomas pour la Fête du Mimosa ? On s’évade même 12h ou 24h, juste pour le plaisir de l’excursion. De quoi porter un regard neuf sur certaines régions, peaufiner sa culture gé’, s’amuser et voyager.

© Istock - skynesher

Autant de nouvelles façons de voyager qui, peut-être, transformeront l’industrie du tourisme ces prochaines années

Cet article vous a plu ? Partagez-le !