Villedieu-les-Poêles, la ville du cuivre

  • La Rédaction OUI.sncf

    Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    13/03/2015

  • Destination

    Villedieu-les-Poêles

En prenant la route vers l’est depuis Granville, à une trentaine de kilomètres, vous arrivez dans une charmante petite ville chargée d’histoire. En chemin, vous pouvez vous arrêter au Parc Zoologique de Champrépus, pour une bouffée de nature !

Balade à Villedieu-les-Poêles

La petite histoire

Le bourg est donné par le roi aux frères de Jean de Jérusalem, mieux connu sous le nom de chevaliers de l’ordre de Malte, en 1130. On y travaille le cuivre dans les métiers de la dinanderie et de la poêlerie. Le bruit du martelage y est assourdissant, d’où le nom des habitants : les Sourdins. Les religieux y instaurent une commanderie toujours visible, et un couvre-feu à 20h qui pousse les habitants à franchir les portes de la ville pour faire la fête, le soir. Les habitants ne payent pas d’impôts et bénéficient de l’expérience des chevaliers de Malte qui ont ramené de leur voyage des influences et connaissances mauresques. Au XIVème siècle, la ville est très prospère.

Les Chevaliers de Malte reviennent tous les 4 ans pour le Grand Sacre, une grande procession dans une ville décorée et fleurie pour l’occasion.

L’itinéraire dans la vieille ville

Partez depuis le pont sur la Sienne, rue Gambetta, c’était l’ancien emplacement de la porte de la ville. Entrez dans Notre-Dame, en face de l’imposante Mairie de 1869. Elle est classée Monument historique et elle fut reconstruite au XVème siècle. Prenez la rue du Pont Chignon pour visiter la Fonderie Cornille-Havard, l'une des quatre fonderies de cloches de France. Vous découvrez comment sont faites les cloches mais aussi toute la technologie mise en place pour obtenir le son juste. Prenez la rue Planche Blondel, nommé ainsi car le propriétaire de la maison, Mr Blondel avait installé une planche là où maintenant, il y a pond. Arrêtez-vous pour voir les lavoirs où les femmes lavaient le linge deux fois par an à la cendre. Au centre de la rue, la rigole s’appelle le merderet car les gens jetaient leur pot de chambre par la fenêtre. Arrivé à la rue du docteur Havard, prenez à droite. Place du Pussoir Fidèle était étendu le linge mouillé et la légende dit qu’aucun ne fût jamais volé. En suivant la rue pavée, bordée de maisons anciennes, vous pourrez vous immiscer dans plusieurs petites cours dont la Cour de la Luzerne. Le passage est étroit mais arrivé dans la cour, on observe ce petit village dans la ville, avec les escaliers en granit à l’extérieur, les crochets au niveau des anciens greniers, l’enchevêtrement des maisons et les petits espaces jardinés… tout à fait authentique et plein de charme. Toutes avaient un accès à la rivière puisque les gens travaillaient le cuivre dans ces cours. Prenez plus loin des petits escaliers sur votre gauche pour descendre sur la rivière et prendre une très belle photo du village, les lavoirs, l’église dans le fond... Poursuivez le long de la rive vers la droite, puis suivez le panneau d’indication du Musée de la Poeslerie et de la maison de la Dentellière pour arriver dans la cour du Foyer. Ces deux musées sont dédiés aux deux métiers qui ont fait la richesse de la ville, on y voit les plus belles pièces, un peu d’histoire et une exposition. Prenez la rue Carnot et arriver sur la place de la République

Certaines des cours de Villeneuve sont classées : la Cour du Foyer, la Cour des Trois Rois (Mages), la Cour du Dauphin.

Le Parc Zoologique de Champrépus

Pratiquement aux portes de Villedieu-les-Poêles, le parc zoologique permet une balade bucolique au cœur du bocage normand et une découverte de 250 animaux comme des lions, des giraffes, des zèbres, des singes, des guépards, des loutres, des lémurieux, des tigres, des penthères, des wallabies, des manchots…. Et dans une mini-ferme, des chèvres, des moutons, des lapins, des cochons, des poules…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !