L'avenue de Champagne d'Epernay avec un greeter

Pascal Pécriaux est un greeter d'Epernay. Il a fait toute sa carrière chez Moët & Chandon. Nous avons arpenté ensemble l’avenue de Champagne pour voir les belles demeures, les différents styles architecturaux… et avec les riches commentaires d’un grand amo

  • Laurence Edelson

    Auteur

    Rédaction OUI.sncf

  • Mis à jour le

    01/10/2018

  • Destination

    Épernay

Épernay, n'a pas eu le prestige de sa voisine Reims, entre autres parce que la ville n’a jamais pactisé avec les romains, mais le XIXème siècle et l’essor du champagne ont fait changer le cours de son histoire.

Les origines

Sous le règne de Louis XIV, la paix intérieure du pays permet aux habitants d’Épernay d’installer leurs commerces un peu plus dans les faubourgs, près de la route très empruntée Paris-Allemagne par exemple. Dom Pérignon invente le champagne à la fin du XVIIème siècle : sa culture, sa conservation en cave, son mélange de cépage, la bouteille en verre, l’utilisation du liège comme les anglais... Ce bon breuvage est vite apprécié par la cour du roi. Les drapiers d' Épernay qui avait quelques vignes suivent la recette et constituent les premiers beaux domaines !

En savoir plus sur Dom Pérignon >>

L’avenue du Champagne était un faubourg d’Épernay, devenu courtisé et prestigieux, où les maisons de champagne ont installé des ensembles de bâtiments résidentiels, industriels et commerciaux … chacun dans un style architectural propre à leur goût. Elle est longue d’un kilomètre pratiquement.

Visite de l’avenue de Champagne

Pascal Pécriaux commence à me raconter toute l’histoire de cette incroyable avenue dans le jardin de l’Hôtel de Ville, en commençons par l’Hôtel de Ville lui-même.

L'Hôtel de Ville

L'hôtel de ville a été construit vers 1858 par l'architecte de la gare Montparnasse, pour être l’hôtel particulier de la famille Auban-Moët. Ils en ont fait don à la ville après la Seconde Guerre Mondiale. Vous pouvez voir la très belle façade, les toitures et peut-être le décor intérieur du rez-de-chaussée avec la cage d'escalier et ses vitraux, le vestibule de l'étage avec son puits de lumière… Le jardin public qui entoure la Mairie est classé « jardin remarquable ».

Moët & Chandon

Moët & Chandon s'installe sur l'avenue en 1770, tout en bas de l'avenue. Il est possible de visiter les caves, les plus grande d'Epernay.

Jean-Rémy Moët fut le premier a installé son hôtel particulier juste à côté des caves, au début du XIXème siècle.

L'Hôtel Moët est un modèle : un hôtel particulier entre cour et jardin, la partie résidentielle était au premier étage de l'édifice principal, le bureau du patron est au rez-de-chaussée, à côté des salons de réception. Le deuxième étage est partagé entre les bureaux et les logements des domestiques. Les deux ailes du bâtiment sont des remises et des écuries. Tout le travail s'effectue dans les caves et des celliers sont créés pour les mises en bouteille. La cour pavé sépare la maison de la grille en ferronnerie qui longe la rue, une manière de pouvoir se faire admirer!

Devenu Maire d’Épernay, Jean-Rémy Moët a besoin de plus de place et construit d'autres bâtiments en face de sa maison : 2 ailes et une orangerie dans un grand parc.

La maison Perrier

Les époux Perrier-Gallice commandent un hôtel particulier appelé « Château Gallice », construit entre 1851 et 1854. Le Château Perrier est de style Louis XIII, en pierre et brique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert de quartier général des armées britannique, allemande et américaine. En 1947, il devient bibliothèque municipale et musée historique. Tout cela a fermé, mais le projet de rouvrir un musée sur le vin est à l’étude.

L'hôtel Gallice a été édifié entre 1898 et 1899 par Charles Blondel, à la demande de Louis-Henri-Marcel Gallice, président de Perrier-Jouët. Il s’y trouve maintenant l'Office Régional Culturel de Champagne-Ardenne. La Maison Gallice est en pierre de taille et ardoise, dans un style néoclassique. Elle est réputée pour sa cheminée sculptée et son escalier illuminé par un vitrail de Jacques Grüber.

Le champagne Collard-Picard

La bâtisse est grande et austère, mais ce n'était qu'un site de production.

Pol Roger

Ce n'était pas un lieu d'habitation mais un lieu de production. Cette immense bâtisse a d'ailleurs peu de fenêtre.

Les sous-sols d'Epernay

Les caves se touchent, se traversent, se rejoignent. Moët en possède 28 kms, Mercier 18 kms et 1km de galerie les raccorde.

A voir aussi à Epernay :

  • Visite des caves Mercier à Epernay

Cliquez ici pour plus d'infos >>

  • La montagne de Reims

Cliquez ici pour plus d'infos >>

  • Les Faux de Verzy, des arbres insolites

Cliquez ici pour plus d'infos >>

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Vous aimerez aussi