Visite des caves Taittinger

A 45mn de TGV de Paris, Reims promet de belles escapades aux amateurs de champagne. Voici notre visite coup de coeur : les caves Taittinger.

  • Auteur

    Rédaction OUI.sncf

  • Mis à jour le

    05/07/2018

  • Destination

    Reims

Beaucoup de grandes marques de champagne font visiter leur cave à Reims. Notre coup de coeur, un nom mythique, les caves Taittinger. Elles sont grandes, elles sont belles, et en plus, c'est un des rares domaines resté une entreprise familiale depuis 1932.

Allez, on prend le train pour Reims, pour un week-end de dégustations !

>> Réservez votre billet de train pour Reims

>> Trouvez votre hôtel à Reims

La visite des caves Taittinger

Pour commencer, on visionne un petit film sur l’histoire de la maison. Puis on descend dans les caves…

Premier arrêt à 12m sous le sol pour apprendre que 4km de galeries conservent trois millions de bouteilles de champagne ! 6m de descente de plus et vous vous promenez dans le labyrinthe des crayères obscures.

Une petite coupette est à déguster à la fin de la visite. En sortant de la visite guidée, vous saurez tout sur l'histoire des caves et la fabrication du champagne.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

L’histoire des caves

Les caves ont été creusées par les Gallo-romains du IVe siècle, pour extraire les blocs de craie, utiles à la construction des habitats. Le sous-sol de Reims est donc un véritable gruyère (rempli de bouteilles).

Les moines de l’abbaye de Saint-Nicaise ont occupé les lieux à partir du XIIIe siècle, se servant des caves pour entreposer leur vin et pour passer d’un domaine à l’autre sans avoir peur des brigands.

Ils ont relié les caves, les cryptes souterraines et les caveaux. Des traces de cette époque subsistent : sculptures, portes aux ferronneries représentant le chemin de croix, ancien escalier… L'abbaye a été détruite à la Révolution.

Pendant la Première Guerre Mondiale, les caves ont accueilli les populations et un hôpital y a même été installé. Des graffitis témoignent de cette époque.

Histoire de champagne

Chez Taittinger, 290km de vignes apportent 50% de la matière première. Ils achètent le reste du raisin à d’autres viticulteurs de la région. Il faut compter 1kg de raisin pour une bouteille. Le champagne Taittinger est fait avec trois cépages (type de raisin) : 40% de chardonnay, 35% de pinot noir et 25% de pinot meunier.

Chacun a ses caractéristiques autant au niveau de sa culture que de son goût. La première fermentation transforme le jus de raisin des cuves en vin, sous l’action de levures ajoutées.

Après une semaine, le sucre s’est transformé en alcool. Une deuxième fermentation est réalisée. Ensuite, c’est un travail de chimiste : on mélange les vins entre les différents crus, cépages et années.

Le vin est refroidi rapidement avant d’ajouter du sucre et de la levure. Le tirage, c’est-à-dire la mise en bouteille avec des capsules métalliques, permet de les ranger dans la cave pour pas mal de temps (de 18 mois à 10 ans) : d’abord en position horizontale puis inclinée.

Le remuage d’un quart de tour est fait deux fois par semaine pendant 10 semaines. Les petites bulles sont là ! Le dégorgement sert à retirer le dépôt, mettre un peu de liqueur et fermer la bouteille avec le bouchon de liège bien connu.

9 place Saint-Nicaise
De fin avril à début novembre, ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30
Le reste de l’année, ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 13h et de 13h45 à 17h30.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Vous aimerez aussi