Visitez les Hospices de Beaune

Étape immanquable de la route des vins, Beaune, avec sa ceinture de remparts et ses rues pavées, est une ville d’art et d’histoire. Dès votre arrivée, vous serez surpris par les jolis toits et l’imposante bâtisse des Hospice.

  • Laurence Edelson

    Auteur

    Rédaction OUI.sncf

  • Mis à jour le

    31/10/2019

  • Destination

    Beaune

Les Hospices de Beaune et leurs façades gothiques un peu austères, leurs toitures vernissées et dessinées de figures géométriques jaune-orangé, sont sans conteste l’un des plus beaux ensembles de Bourgogne.

>> Prenez vos billets de trains pour Beaune

La Visite des Hospices de Beaune :

© iStock-MHJHoekBeheerBV

Les Hospices de Beaune, un monument historique

Les Hospices de Beaune sont un héritage de l’architecture civile médiévale comme il y en a peu.

L’Hôtel-Dieu est un hôpital créé pour les pauvres en 1443 par Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne et son épouse Guigone de Salins, après le ravage de la fin de la guerre de Cent Ans. Une rente annuelle provenait du revenu des salines et les hospices ont été dotés d’un vignoble qui n'a cessé de s'étendre. 

© iStock-vanbeets

Les sœurs ont pris soin des malades de 1452 jusqu’en 1971. Au cours du temps, les nobles ont contribué à l’agrandissement et à l’embellissement du lieu avec des commandes d’œuvres d’art. On parlait d’un « Palais pour les Pôvres ».

La visite des Hospices de Beaune

L'Hôtel-Dieu nommé Hospices de Beaune est très grand avec son musée, ses trois cours, ses dépendances, son Bastion du XVème siècle et sa cave où se trouve notamment la réserve particulière de vin des Hospices. On déambule dans cet établissement hospitalier médiéval pour découvrir son histoire et sa collection de plus de 5000 objets, meubles et tapisseries d’époque.

© iStock - Esperanza33

Vous vous souviendrez sans aucun doute de :

La grande salle des « Pôvres » : 50 m de long, 14 m de large et 16 m de haut, impressionnante par ses mesures, elle est aussi révélatrice d’une histoire de France, d’une histoire de la médecine. Les lits en bois à baldaquin au dé rouge s’alignent le long des deux murs, le plafond à une forme de bateau renversé et les poutres traversières sortent de la gueule de dragons multicolores.

La salle de Sainte-Anne possède quatre lits, la salle Saint-Hugues était pour les plus aisés et possède des peintures murales représentant des miracles du Christ.

La salle Saint-Louis est une véritable salle de musée avec entre autres des coffres gotiques, des tapisseries du XVIème siècle, des sculptures, de l’orfèvrerie…

La salle Saint-Nicolas présente l’histoire des Hospices de Beaune et de son vignoble. Regardez le pavage de verre pour observait ce qui fut la rigoles de l’évacuation des eaux usées.

© iStock-MIMOHE

La pièce maitresse : le Polyptyque du Jugement dernier du peintre flamand Van Der Weyden a sa salle. Ce retable du XVème siècle représente le Jour du Jugement. Fermé, on voit les donateurs, ouvert, le Christ en rouge et au centre sur fond doré impressionne, entourée des saints et apôtres installés au-dessus des justes d’un côté et des damnés de l’autre.

L’apothicairerie est remplie d’armoire vitrée remplies de petites fioles et de faïences sur lesquels des étiquettes indiquent les plantes médicinales.

La cuisine ressemble à celle d’un château avec sa grande cheminée, ses rangés de casseroles…

Enfin, si vous avez la chance d’assister à la vente des Hospices de Beaune, vous pourrez entrer dans l’ancienne cave voûtée, longue de 300m, où est conservée la réserve particulière de vin des Hospices.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !