On peut être l'un des plus petits pays de l'Union européenne et posséder de nombreuses richesses naturelles et culturelles, comme le prouve le Luxembourg. En Europe de l'Ouest, le Grand-Duché bénéficie d'un climat tempéré, avec des hivers doux et des étés frais. Une aubaine pour visiter les musées lorsque le mercure chute et pour randonner dans les cinq régions lorsqu'il remonte. Dans l'assiette aussi, place à la diversité avec du boudin noir grillé ou de la friture de poissons, arrosés de pils ou de bière blanche. Laquelle choisirez-vous lors de votre séjour au Luxembourg ?

Allez-y

Inspirez-vous avant de partir au Luxembourg

Voir tous les articles

Organisez votre échappée

Les amateurs de culture prendront la direction de Luxembourg-ville, de Vianden ou de Echternach, pour découvrir le palais Grand-Ducal, des églises gothiques, des remparts ou des abbayes. Avec plus de 500 parcours pédestres disséminés sur ses cinq régions, le pays forme un véritable paradis pour les randonneurs. Vous préférez le vélo ? 575 km de pentes et de descentes vous attendent au Luxembourg. Si vous aimez la grimpe, les parois de Berdorf sont toutes indiquées.

Les bonnes raisons de partir au Luxembourg

En hiver, poussez les portes des quelques 70 musées que compte le Luxembourg. Musée de la Banque (et oui !), de la Draperie, du Vin ou d'histoire naturelle, il en existe pour tous les goûts et passions. Au printemps, laissez-vous envoûter par les paysages admirablement préservés de la réserve naturelle Haff Remich, essaimée de restaurants pour une pause gourmande bienvenue. En été, place aux activités nautiques en tout genre, canoë, planche à voile et même plongée dans la vallée de la Moselle.

Frimez en société !

Très cosmopolite, la population locale au Luxembourg parle trois langues : le luxembourgeois en langue maternelle et officielle, mais aussi le français, notamment pour les affaires administratives et juridiques et l'allemand. Aussi les enfants apprennent-ils le luxembourgeois en maternelle, l'allemand dès la première année de primaire et le français dès le CE1.

Avez-vous pensé à d’autres horizons ?